AccueilExpositionsDémarche artistiqueCVEnglish


ACQUÉRIR UNE ŒUVRE



Pour acheter, exposer
ou pour une commande spéciale,
contacter directement l’'artiste.


baillargeonsaulnier@globetrotter.net

       


  Nouvelles et événements

    Mutations, les métiers d'art de 1930 à aujourd'hui

Exposition collective au Musée d'Amérique francophone à Québec
https://www.mcq.org/fr/communique-presse?id=325149

    Recoudre

En duo avec Mireille Racine

    Ainsi...

Expo solo Galerie du Parc, 864, rue des Ursulines, Trois-Rivières  du 18 février au 25 mars 2018



TOUTE REPRODUCTION INTERDITE
ALL REPRODUCTIONS PROHIBITED

© 2007 Tous droits réservés
Carole Baillargeon.


Mise à jour du site réalisée
grâce à l'aide financière de





 

Garde-Robe et les dix commandements de mademoiselle Élégante

Installation comprenant 10 façades de vêtements suspendues sur des cintres, 10 bouts de souliers moulés en papier fait main, 10 encadrements présentant un commandement associé à un vêtement de la garde-robe.  Cette installation a été présentée aux Pays-Bas, en Allemagne, en Ontario et au Québec.

Vue d'ensemble en grand format
Liste des oeuvres (PDF)
Dossier de presse de cette exposition (PDF)





La Garde-Robe, un motif autobiographique

Le thème de la garde-robe m’a toujours intriguée. En quelque sorte, il constitue un catalogue de la personnalité de son propriétaire, chaque vêtement agissant comme une page d’un journal intime.

Les pièces La garde-robe démodée et Journal d’une garde-robe sont toutes deux fortement autobiographiques. Dans la première, les éléments sont constitués de vêtements issus de ma garde-robe que je ne portais plus. Ces vêtements ont été transformés dans un état intermédiaire, en référence à une tradition domestique de recyclage des textiles : déchirer en lanières pour faire des tapis tressés, couper en carreaux pour réaliser des courtepointes, découper les motifs de tissu pour utiliser en appliqués décoratifs, tailler en plan pour faire des chiffons et finalement, broyer en pâte pour du papier artisanal.

Finitude et mémoire ressurgissent de ces restes qui, accrochés à des cintres, laissent deviner leur origine vestimentaire, à moins que ce ne soit leur prochaine destination. Commencement et finalité s’entremêlent pour présenter l’étonnant cycle des textiles et peut-être une perception de la vie.

Le deuxième élément, Journal d’une garde-robe, prend la forme d’un livre d’artiste. Durant l’année 1994, j’ai répertorié ce que je portais. Chaque énumération quotidienne est accompagnée d’un dessin. L’exercice a été révélateur à plusieurs égards. Il met en évidence la mondialisation de l’industrie textile, en nommant la provenance de fabrication des vêtements. Les dessins quant à eux, m’ont révélé une perception fragmentaire et frontale du corps, axée principalement sur le haut de celui-ci. Ces illustrations partielles du corps me semblent imager particulièrement bien nos rapports sociaux valorisant certaines parties du corps au détriment d’une globalité.

Ces deux propositions avec l’installation Les dix commandements de mademoiselle Élégante révèlent une sémantique qui relie l’individu à la société, tel le vêtement à sa garde-robe.


Carole Baillargeon

 

La garde-robe démodée 1994

Vêtements altérés de l'artiste, cintres, sachets de plastique.
Dimensions variables selon présentoir.
500$

 




Journal d'une garde-robe

1994-95
Rolodex, papier, dessin
24X28X13 cm
(coll. privée)

 



Retour à la liste des expositions